Togo/Projet EJV: Doussidè dans le Tchaoudjo désormais désenclavé

Par Julien EVEGNON

Après les Savanes et la Kara, l’équipe d’évaluation du projet d’Opportunités d’emplois pour les jeunes vulnérables(EJV) était ce mardi 7 décembre 2021 dans la région centrale. Et comme principal escale, la délégation composée de l’Agence nationale d’appui au développement à la base(ANADEB), la Banque Mondiale et les Ministères sectoriels était à Doussidè Peulh, un village du canton de Kéméni situé dans la commune de Tchaoudjo 3. Cette localité, avec sa toute nouvelle piste rurale aménagée, peut enfin parler développement.

La piste rurale, fruit des Travaux à haute intensité de main-d’œuvre a coûté un peu plus 3 655 878 FCFA. C’est une piste de déserte agricole et de désenclavement de 5 km reliant le carrefour pont barrage TdE à Doussidè et la rivière Kpaza Woro

Désormais, on peut s’y rendre à tout moment pour acheter ou pour vendre. Le village étant désenclavé beaucoup de tricycles et motos peuvent faire la navette entre Doussidè et Alhéridè en quelques minutes. Le coût du transport est réduit, de même que le prix  de vente des produits.

Agoro Sansani TCHEDRE, le Maire de la commune Tchaoudjo3 ne s’est pas fait conté cette visite de la mission d’évaluation: ‘‘Une piste ici a naturellement un impact favorable sur le développement de ma commune. On est à plus de 4 km du marché le plus proche. Par le passé cette piste était impraticable surtout en période des pluies. Qui dit Doussidè Peulh dit les bœufs, le lait et surtout les produits agricoles. Depuis que cette piste est construite, le transport est devenu plus fluide et rapide. Les camions et tricycles font plusieurs voyages par jour. Ailleurs, ce projet a permis aux jeunes et aux femmes d’épargner. Beaucoup d’AGR sont nées et survivent grâce au projet EJV’’.

Ces impacts relevés par le maire ne viennent que corroborer les différents témoignages recueillis sur place en matière de réussite des AGR.

Au rang des réussites, on peut noter Abdou-Fatao, bénéficiaire de Travaux à haute intensité de main-d’œuvre(THIMO).

Il a pu épargner plus de 40 000 FCFA en 60 jours de travail pour devenir actuellement un entrepreneur. ‘‘J’étais revenu du village et je pensais que conduire les bœufs était déjà suffisant pour m’épanouir. Mais Grâce à l’ANADEB j’ai réussi à installer mon atelier de menuiserie avec des apprentis sous mes ordres. J’ai pu me doter des matériels modernes, ce qui me rend la tâche aisée’’, a confié le bénéficiaire Abdou-Fatao.

Au total, l’ANADEB et son partenaire financier la Banque Mondiale ont diversifié leurs produits et apports sur le terrain. Si certains villages ont choisi de se doter des retenues d’eau, d’autres ont plutôt opté pour la construction de pistes rurales. Un ouvrage qui fait justement le bonheur du village de Doussidè Peulh et par ricochet son voisin Doussidè Kabyè.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici