Togo/Projet EJV: La pisciculture offre un CEG à OKAMA dans l’Amou 

Par Julien  EVEGNON

 

Quatrième jour de la tournée d’évaluation du projet d’Opportunités d’emplois pour les jeunes vulnérables(EJV). Démarrée depuis le 4 décembre 2021, la tournée de l’équipe d’évaluation s’est poursuivie mercredi 8 décembre avec l’étape du village d’Okama, situé dans le canton d’Otadi, commune d’Amou3 à près 20 Km d’Atakpamé. Une retenue d’eau dans laquelle se pratique l’élevage de tilapia en majorité a permis de doter le village d’un bâtiment abritant le Collège d’Enseignement Général.

Finies donc les tracasseries liées au déplacement des élèves pour aller à l’école. ‘‘Dans un passé récent, les élèves issus du village d’Okama parcouraient plus de 17 Km avant de se rendre à l’école. Le village dispose désormais du CEG. Nos enfants ne vont plus cesser l’école après le cours primaire pour aller se marier, ou quitter tôt les bancs pour aller se chercher en ville’’ a estimé Têvi Koffi Innocent, Président du Comité Villageois de Développement d’Okama.

Le Président du CVD est également revenu sur l’ouvrage: ‘On a identifié les atouts du milieu, et on s’est aperçu que l’eau ne tarit presque pas. On a donc creusé les étangs pour faire des bassins piscicoles. Il y a des tilapias rouges et noirs dont la reproduction est rapide. Nous avons vendu quelques poissons et récolté plus de 450 000F. Par la suite nous avons sollicité de l’aide auprès des bonnes volontés et avec près de 800 000 F Cfa, le CEG est devenu une réalité’’.

Cette retenue d’eau piscicole n’a visiblement pas laissé indifférente la représente résidente de la Banque mondiale au Togo.

‘‘Je suis impressionnée par l’engagement, la solidarité de la communauté. EJV a changé complètement les conditions de vie des populations d’Okama. Les populations ont montré à travers THIMO, les formations et les opportunités d’épargne qu’elles sont dynamiques. Elles sont en train de développer des AGR que nous avons visitées et qui font actuellement vivre leurs familles. Notre cible c’est l’homme, les populations. Nous finançons les initiatives de développement durable. Okama et les autres villages bénéficiaires rentrent dans notre vision. Si nous pouvons faire plus nous n’hésiterons pas’’, a promis Mme Hawa Cissé Wague.

Voilà donc un bout de phrase qui laisse beaucoup d’espoir aux populations bénéficiaires quant au suivi et à la pérennité des ouvrages déjà réalisés. Les besoins sur le terrain sont énormes, l’ANADEB et ses partenaires guetteront toute occasion pour y retourner le plus rapidement possible.

Pour rappel, le bâtiment qui abrite le CEG d’Okama a coûté une somme totale de 17 180 000 F Cfa. Le projet EJV prend fin le 31 décembre 2021. A l’heure du bilan, pour l’ANADEB, la Banque Mondiale et les Ministères sectoriels, le développement à la base avec le concours des communautés elles-mêmes est plus que jamais en marche.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici