Ultimate magazine theme for WordPress.

Sénégal/Pollution et fortes demandes en eau : Ces menaces qui pèsent sur le lac de Guiers

0

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Sénégal/Pollution et fortes demandes en eau : Ces menaces qui pèsent sur le lac de Guiers

Par Massaer DIA

 

D’après la Banque Mondiale, le lac de Guiers, qui fournit environ 40 % de l’eau de la région, est menacé par la pollution et les fortes demandes pour cette ressource limitée.

D’après la Banque mondiale, au Sénégal, les eaux de surface constituent la principale source d’eau pour l’agriculture, mais durant les périodes de faibles précipitations, elles ne suffisent pas à répondre aux besoins, particulièrement pour l’irrigation dans le bassin du fleuve Sénégal.

Toujours d’après la source, les eaux souterraines fournissent 85 % de l’eau potable et couvrent la plupart des besoins dans l’industrie. Cependant, ces ressources sont menacées par la surexploitation et la pollution. Et le niveau des prélèvements actuels devrait augmenter de 30 % à 60 % d’ici 2035, renforçant le stress hydrique et mettant à l’épreuve la capacité de répondre à la demande d’une population en pleine urbanisation.

La source précise que les phénomènes extrêmes liés à l’eau et sa pollution coûtent déjà au Sénégal plus de 10 % de son PIB chaque année, et la crise de la COVID-19 a encore intensifié le problème.

« Les défis liés à la sécurité hydrique sont particulièrement nombreux dans le triangle Dakar-Mbour-Thiès, une région qui abrite plus de la moitié de la population sénégalaise. Cette région produit par ailleurs 50 % du PIB du Sénégal et a connu un taux de croissance de 4 % par an au cours de la dernière décennie. Cependant depuis 2011, la région est confrontée à un déficit en eau et à des risques de sécurité hydrique importants, notamment en matière de surexploitation des ressources, de pollution des nappes phréatiques et de menaces sur les zones humides et leurs écosystèmes. Le lac de Guiers, qui fournit environ 40 % de l’eau de la région, est menacé par la pollution et les fortes demandes pour cette ressource limitée », renseigne la source.

Dakar particulièrement menacée

« La région de Dakar est particulièrement menacée, concentrant 50 % de la production du PIB du Sénégal et près d’un tiers de sa population, et devra diversifier les sources d’eau et améliorer la coordination intersectorielle. Le Sénégal doit de toute urgence accorder la priorité à la sécurité en eau pour atteindre et maintenir ses objectifs de développement (PSE) », note la Banque Mondiale.

D’après la Banque Mondiale, la sécurité hydrique est au cœur du développement du Sénégal et notamment de ses objectifs de développement socio-économiques.

Détérioration des ressources en eau et manque de cadre institutionnel

« Cependant la détérioration de ses ressources en eau et le manque de cadre institutionnel menacent à la fois la sécurité hydrique du pays et sa croissance économique. Alors que le plan de développement socioéconomique national (le Plan Sénégal émergent – PSE) vise à mobiliser « une eau abondante et de bonne qualité pour tous, partout et pour tous les usages, dans un environnement sain et durable » d’ici 2035, il ne prend pas en compte les contraintes liées à la disponibilité ou la gestion des ressources en eau », souligne la source.

Appui de la banque mondiale pour une enquête sur la sécurité hydrique

« C’est dans ce contexte que le gouvernement sénégalais a sollicité l’appui de la Banque mondiale, par l’intermédiaire du ministère de l’Eau et de l’Assainissement (MEA), pour conduire une enquête sur la sécurité hydrique. Le rapport Défis et recommandations en matière de sécurité hydrique au Sénégal, au niveau national et dans le triangle Dakar-Mbour-Thiès évalue le niveau d’attention accordé à la gestion des ressources en eau et identifie les obstacles à l’atteinte de la sécurité hydrique. L’enquête se concentre aussi sur la région du Grand Dakar, où la sécurité hydrique apparaît cruciale pour le développement », explique la Banque mondiale.

Mesures de réduction du gaspillage et d’efficience recommandées par le rapport

D’après la source, l’enquête souligne qu’en raison d’une demande qui excède déjà les ressources disponibles au Sénégal, la diversification de l’approvisionnement est essentielle.

Et une économie circulaire de la sécurité hydrique offrirait de très importants bénéfices, en permettant au pays de développer la réutilisation des eaux usées, pour permettre la reconstitution des nappes phréatiques et l’irrigation, tout en s’appuyant sur les zones marécageuses et l’infrastructure verte en vue d’améliorer la gestion et la capture des eaux pluviales.

« Le rapport recommande également des mesures de réduction du gaspillage et d’efficience, une allocation adaptée aux usages et le développement de ressources non-conventionnelles comme la désalinisation de l’eau de mer et le traitement des eaux usées. Dans le triangle Dakar-Mbour-Thiès, une plateforme de collaboration multisectorielle et multi-acteurs est nécessaire à l’amélioration de la gestion de l’eau, pour restaurer et entretenir l’équilibre entre l’utilisation actuelle des ressources hydriques et leur protection afin de garantir les besoins à venir », note le document.

L’économie sénégalaise figure parmi les économies les plus dynamiques du continent

« L’économie sénégalaise figure parmi les économies les plus dynamiques du continent et le pays est en passe de devenir un carrefour commercial essentiel, doté d’un important secteur technologique. Cependant, ce développement ne sera pas possible si la question des défis hydriques n’est pas traitée. Atteindre la sécurité hydrique exigera des investissements en faveur d’une croissance résiliente ainsi que des réformes clés au niveau des institutions, notamment une refonte du cadre juridique et organisationnel des services d’eau et d’assainissement. La Banque mondiale reste engagée aux côtés du Sénégal pour développer des stratégies de long-terme et permettre une gestion durable des ressources en eau », souligne la source.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Leave A Reply

Your email address will not be published.