Togo/Le PPI remet au goût du jour la question du Certificat de nationalité

 

Par la Rédaction

 

Une vie équitable pour tous, c’est la chose la mieux partagée au Parti du peuple et d’Intégrité. Cet idéal passe forcement par la neutralisation de certaines pratiques discriminatoires, au rang desquelles la pièce de nationalité togolaise. Dès son avènement en 2017, le PPI pointait du doigt la demande faite automatiquement aux togolais qui aspirent à un emploi ou à une inscription, de disposer d’une pièce de nationalité. A défaut de l’abolir définitivement au Togo, il fallait y introduire des réformes. 4 ans plus tard, les autorités du pays commencent à prendre la mesure de la situation.

Et si on n’en est arrivé là, c’est sans doute estiment les premiers dirigeants du parti, que le PPI avait demandé ouvertement l’abolition de la pièce de nationalité, arguant que c’est une mesure discriminatoire. En effet, nombreux sont les togolais qui ne disposent pas de ce précieux sésame et sont obligés de jeter l’éponge lors des recrutements ou de dépôts de dossiers. Et cet appel semble être tombé dans de bonnes oreilles, puisque dans une sortie via un communiqué en date du 14 Septembre 2021, le Ministre en charge des Enseignements Primaire, Secondaire, Technique et de l’Artisanat, par ailleurs Président de l’Université de Lomé répondait en partie à cette demande du parti politique. Le Prof. Dodji Kokoroko autorisait justement dans sa note les nouveaux bacheliers à passer des concours sans nécessairement adjoindre aux dossiers, la pièce de nationalité. Une preuve que la vie est bien possible au Togo sans cette pièce, qui pour certains citoyens, en disposer est un véritable parcours de combattants. Tout en félicitant le Ministre pour son ‘‘courage moral’’, le PPI va plus loin. Il demande au Ministre dans un communiqué de presse en date du 26 Septembre 2021 et signé de son Secrétaire Général Abel Hezou-Wiyao BADASSÉ de ‘‘considérer comme dossier complet de candidature, tout dossier ayant un acte de naissance valable et indiquant que le candidat ou la candidate a des parents Togolais ou est né sur le territoire togolais’’.

Et comme solution définitive à la question de la nationalité, la note poursuit: ‘‘il n’est pas normal d’être né de parents Togolais et à 18 ans demander pardon au gouvernement pour être Togolais. le PPI a toujours demandé l’abolition de la pièce de nationalité en privilégiant l’acte de naissance pour tous ceux qui sont nés de parents Togolais ou sur le territoire togolais’’.

Là dessus, les acteurs du privé notamment les sociétés et entreprises qui n’appartiennent pas à l’état sont également invitées à se dissocier de cette pratique qui consiste à exiger systématiquement des candidats, le certificat de nationalité à chaque offre d’emploi. Peut-être que le salut viendrait de là. Qui sait?

Ailleurs, le même communiqué propose que la pièce de nationalité et l’acte de naissance soient délivrés le même jour. A défaut, le parti politique encourage l’utilisation de la carte de vote comme preuve d’appartenance à la nation togolaise.

Enfin, note la même source : ‘‘le PPI demande une fois encore au gouvernement de mettre fin à ces pratiques discriminatoires en soumettant un projet de loi à l’Assemblée Nationale sans délai’’.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici