Ultimate magazine theme for WordPress.

Togo/ Politique, Zato Kadambaya: ‘‘ Le PPI est devenu une source d’inspiration pour les autres acteurs politiques’’

0

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Togo/ Politique, Zato Kadambaya: ‘‘ Le PPI est devenu une source d’inspiration pour les autres acteurs politiques’’

 

Par la Rédaction

 

Dernière illustration en date, le 4 août 2021. Reçu sur les ondes de Radio Victoire Fm à Lomé, le président du groupe parlementaire Union des Forces du Changement (UFC) est largement revenu sur le phénomène de la vie chère au Togo. Et comme solution parmi tant d’autres, Séna Alipui propose la revalorisation du SMIG à 50 000FCFA. Pour le Parti du Peuple et d’Intégrité (PPI), c’est ni plus ni moins une idée du parti de Tchao Kadambaya, reprise par le député UFC. Comment le PPI inspire t-il tant les acteurs sociopolitiques togolais ?

« Si nous étions à la place de la majorité… Nous allons relever le SMIG à 50.000 FCFA » a lâché Séna Alipu sur les ondes de cette radio. Une solution à la vie chère qui rejoint en réalité une proposition du PPI formulée plus tôt en 2019 et actualisée le 13 Juillet dernier. Dans son exposé, le représentant du PPI aux Etats-Unis, Zato Kadambaya proposait 50 000 FCFA au lieu de 35 000f pour le SMIG togolais. Le Parti est même allé plus loin en suggérant à l’Assemblée nationale de voter un projet de loi fixant le SMIG à 50 000 FCFA. Et si un député et de surcroit président de groupe parlementaire en vient à exprimer la même préoccupation c’est tout sauf un hasard selon le PPI.

Avant le député de l’UFC, ce sont les femmes Pyramide qui lors de l’opération ‘‘Togo Noir’’ lancée le 22 juillet 2021, avaient inscrit au point 6 de leurs revendications sociales : « l’augmentation du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) à 50 000 FCFA et la création d’emplois pour les jeunes». De plus en plus le gouvernement togolais est interpellé sur la question du SMIG.

Ailleurs, le parti qui fait de la pauvreté son principal ennemi, a également proposé que l’anglais soit introduit dans l’enseignement au Togo et ce dès le cours primaire. Ce n’est qu’un an plus tard que le gouvernement togolais a annoncé vouloir réformer le secteur éducatif en y introduisant l’anglais dès le Primaire.

Voilà des propositions qui font croire au PPI que ses idées sont souvent reprises par les différents acteurs politiques et sociaux. ‘‘Ce qui en soi est une bonne chose’’, estime Zato Kadambaya. Le représentant du parti aux Etats-Unis va plus loin et affirme: ‘‘l’opposition togolaise n’est pas vue comme capable ou prête à diriger, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. C’est un grand problème qu’on va devoir résoudre. Depuis 48 mois maintenant, le PPI est devenu crédible. La preuve, nos propositions sont souvent reprises entièrement par les dirigeants et les autres acteurs politiques’’.

En réalité, un parti politique a pour ambition la conquête et la conservation du pouvoir. Pour le PPI, en attendant de relever le défi des prochaines confrontations électorales, la bataille des idées tourne déjà à son avantage. Le changement du terrain politique est donc en marche!

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Leave A Reply

Your email address will not be published.